Appelez-nous

Wall Street continue son "shopping" sur le marché immobilier américain

Si Wall Street a joué un rôle central dans la crise des subprimes, en accordant facilement des crédits à taux variables, le géant joue aussi un rôle important dans la reprise du marché immobilier.

Si Wall Street a joué un rôle central dans la crise des subprimes, en accordant facilement des crédits à taux variables, le géant joue aussi un rôle important dans la reprise du marché immobilier. Ces dernières années, les investisseurs institutionnels ont dépensé des milliards de dollars pour des maisons sur des marchés dépréciés de 30% en moyenne, Cela explique en partie la lente reprise : hausse des prix de l'immobilier, amélioration de la confiance des ménages et des promoteurs…


A titre d'exemples, Blackstone a acheté 26 000 biens dans 9 états ; Colony Capital dépense $250 millions par mois sur le marché de l'immobilier et possède déjà 10 000 propriétés ; à Riverside, un agent immobilier confie que 90% des transactions des derniers mois ont été réalisées pour des investisseurs. En avril, 68% des maisons à rénover ont été vendues à des investisseurs (contre 19% à des primo-accédant). Les investisseurs louent les biens et projettent de les revendre pour réaliser des plus-values intéressantes dans quelques années, quand les prix auront augmenté de façon significative.


Aujourd'hui, avec la hausse des prix, certains investisseurs commencent à revendre leurs biens et diminuent leurs acquisitions. A Phoenix, le pourcentage de maisons achetées par des investisseurs est passé de 36% à 25% entre l'été 2012 et mars 2013.  Cela aidera peut-être les acheteurs particuliers à accéder plus facilement à la propriété. En effet, en agence, certaines offres de particuliers sont refusées à cause d'offres cash d'investisseurs. Wall Street semble encore dominer le marché de l'immobilier américain. 

 

Source : www.floridarealtors.org