Appelez-nous

Pourquoi investir dans l’immobilier du Canada ?

Investir dans l’immobilier du Canada peut constituer une option avantageuse pour tout acheteur désirant passer le cap de l’étranger.

 

Un environnement macroéconomique sécurisant 

Le Canada constitue une destination propice à un investissement immobilier sécurisé. Son environnement économique avec une croissance de 2,7% du PIB et un taux de chômage historiquement bas de 5,8% (contre 9,1% en Europe) fait du Canada une zone plus rassurante et plus dynamique que l’Europe. La vigueur de l’économie canadienne devrait d’ailleurs se maintenir et enregistrer une croissance d’environ 2% entre 2019 et 2020 selon la Banque Centrale du Canada. 

 

Le Québec, un marché immobilier accessible 

La province du Québec possède un contexte immobilier et des conditions d’achat parmi les plus favorables du pays. Contrairement à leurs homologues anglophones, Vancouver et Toronto, où les prix flambent (croissance des prix à deux chiffres), les villes québécoises demeurent quant à elles abordables. La province du Québec a même récemment été élue la meilleure province pour investir dans l’immobilier du Canada selon une étude menée par le site Point2homesnews. En 2017, dans les villes de Montréal et Québec, les prix de vente moyens s’élevaient respectivement à $330 900 CAD (219 991 euros) et  $274 743CAD (182 657 euros). Ces prix, inférieurs à la moyenne nationale de $496 532 CAD (330115 euros) permettent à un panel d’investisseurs très large de trouver un bien correspondant à leurs attentes et à leur budget.

Par ailleurs, le taux de change actuel confère à un acheteur européen un avantage certain lorsqu’il investit en dollars canadien (1 euro = 1,50 CAD en décembre 2018).

 

Québec et Montréal, deux marchés porteurs

Investir dans l’immobilier du Canada à Montréal ou à Québec c’est se positionner sur deux métropoles majeures et sur deux marchés prometteurs. Montréal, 2ème pôle économique du pays, et Québec, capitale administrative de la province ont enregistré des chiffres exceptionnels en 2018 et devraient poursuivre sur leur lancée en 2019. Les transactions immobilières sont en croissance constante depuis 3 ans dans l’immobilier du Québec avec une hausse annuelle estimée à 5% par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) en 2018. Avec un marché à l’avantage des acheteurs à Montréal, une forte demande locative, un nombre abondant de constructions et un dynamisme toujours plus marqué de la province, toutes les conditions sont réunies pour investir dans l’immobilier du Canada.

 

Investir dans l’immobilier du Canada, une fiscalité séduisante 

Les acheteurs potentiels rebutés par la lourdeur de fiscalité française trouveront leur intérêt à investir dans l’immobilier du Canada. Le pays témoigne en effet d’une fiscalité beaucoup plus avantageuse que celle que nous possédons en France. L’imposition des revenus fonciers et des plus-values immobilières y est beaucoup plus légère et les avantages fiscaux du système canadien tel qu’un d’amortissement du bien (4% par an), permettent d’obtenir des rendements nets deux fois plus importants qu’en France. Enfin la convention franco-canadienne permet aux acquéreurs d’éviter la double imposition grâce à un système de crédit d’impôt.

 

Possibilité de financement local pour les acheteurs étrangers 

Le Canada offre un environnement d’achat particulièrement accueillant aux non-résidents puisqu’il leur permet de financer leur investissement localement s’ils le désirent. Les acquéreurs étrangers peuvent ainsi souscrire à des crédits immobiliers auprès d’établissements bancaires canadiens et bénéficier de conditions similaires à celles des résidents.

Concernant les exigences relatives à l’obtention d’un prêt immobilier au Canada, les établissement bancaires requièrent un apport minimal de 35% de la valeur du bien. En février 2018, les taux d’intérêt pour ce type de prêt hypothécaire s’établissaient autour de 3,40% pour un amortissement maximal de 25 ans.

 

Source : www.fciq.ca

Articles similaires

En savoir plus