Appelez-nous

Le marché immobilier américain le plus cher du monde ? Stop aux idées reçues

Ces derniers mois, la presse a souvent fait état des prix de l'immobilier en forte hausse aux Etats-Unis, notamment dans le secteur du luxe. Pourtant, les chiffres démontrent que l'immobilier américain reste très bon marché pour les investisseurs.

Ces derniers mois, la presse a souvent fait état des prix de l'immobilier en forte hausse aux Etats-Unis, notamment dans le secteur du luxe. Pourtant, les chiffres démontrent que l'immobilier américain reste très bon marché pour les investisseurs.


1/ L'immobilier américain plus abordable que le reste du monde :

Une étude récente réalisée dans 9 pays et plus de 300 marchés locaux révèle que le marché immobilier américain est l'un des moins chers parmi les pays étudiés. En effet les marchés Canadien, Anglais, Irlandais, Australien, Néo-Zélandais, Singapourien, Japonais ou encore Chinois ne sont pas, contrairement aux idées reçues, forcément plus accessibles que les Etats-Unis.
Si le marché américain reflète des disparités importantes, comme entre les prix de Détroit et de San Francisco, il reste plus abordable en moyenne que d'autres pays étudiés. Sur la base du prix d'achat médian des grandes agglomérations comparées, les USA offrent un ratio de 3.4 sur une échelle allant de 0 à 17 (17 étant le ratio de Hong Kong, classée ville la plus chère par cette étude). On notera que New York n'apparait pas dans la liste des 10 villes les plus chères au monde selon cette étude !

 

2/ Des décotes encore importantes

La crise des subprimes qui a frappé les USA de 2007 à 2012 est aujourd'hui derrière nous. Toutefois, si les prix augmentent depuis 2012, ces derniers n'ont pas encore retrouvé leurs niveaux d'avant crise.
L'analyse de l'indice case Shiller illustre parfaitement la marge qui existe encore actuellement sur les marchés où se positionne My US Investment. Par rapport à leur pic, la décote va de -15% à -30% sur des villes comme Atlanta, Miami ou Tampa ou même NYC. A New York les prix ont d'ailleurs augmenté en moyenne de « seulement » 2.75% en un an.


3/ Les saisies immobilières demeurent élevées

Autre élément qui justifie le positionnement toujours compétitif de l'immobilier américain : les saisies immobilières sont toujours très nombreuses. Si la tendance est évidemment à la baisse par rapport aux années 2009 et 2010 par exemple, on compte toujours environ 1.1m de foreclosures par an aux Etats-Unis. Il y a par exemple plus de 118 000 saisies immobilières en cours dans l'Etat de Floride.


4/ Le taux de propriétaires est à son niveau le plus bas depuis 1990

Enfin, dernier indice favorable à l'investissement immobilier aux USA : le taux de propriétaires. A l'échelle nationale, ce dernier est à son plus bas niveau depuis 1990 !
De très nombreux ménages ne sont en effet pas encore redevenus propriétaires aux Etats-Unis depuis la crise des subprimes. L'explication est multiple : conditions d'accès au crédit difficiles, banques plus sélectives, reconstitution progressive des historiques de crédit, impossibilité d'emprunter suite à une saisie immobilière, etc. Pourtant le nombre de ménages américains ne cesse d'augmenter et la démographie américaine se porte bien. Le retour de l'accès à la propriété, le rêve américain par excellence n'est qu'une question de temps. Investisseurs, n'attendez plus pour vous positionner !

 

Sources :
http://realtormag.realtor.org/daily-news/2015/07/07/world-us-real-estate-good-deal
http://www.realtor.com/news/trends/think-housing-prices-are-bad-in-america-its-worse-in-other-parts-of-world/