Appelez-nous

Les taux directeurs de la Fed demeurent inchangés

Comme beaucoup s'y attendaient, la Fed (Réserve Fédérale de Etats-Unis) a décidé de jouer la carte de la prudence et de ne pas relever ses taux directeurs. Après de deux jours de réunions ces 14 et 15 juin derniers, la Fed a choisi de temporiser la hausse de ses taux, actuellement entre 0,25% et 0,5%.



 




Comme beaucoup s'y attendaient, la Fed (Réserve Fédérale de Etats-Unis) a décidé de jouer la carte de la prudence et de ne pas relever ses taux directeurs. Après de deux jours de réunions ces 14 et 15 juin derniers, la Fed a choisi de temporiser la hausse de ses taux, actuellement entre 0,25% et 0,5%.


 

Pourquoi cette décision ?

Le maintien des taux de référence actuels de la Fed s'explique entre autres par les chiffres de l'emploi enregistrés en mai 2016. Le net ralentissement de l'emploi connu le mois dernier associé à l'inflation actuelle ont pour beaucoup influé sur cette décision. L'incertitude associée à la question de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne a quant à elle fini de faire pencher la balance en la faveur de cette stagnation des taux.  Si la politique monétaire de la Banque Centrale américaine demeure pour le moment inchangée en raison du climat économique national qui n'est pas aussi bon que prévu, celle-ci prévoit néanmoins deux hausses de ses taux d'ici la fin de l'année, et respectivement trois autres pour 2017 et 2018. Dans le cas où les prévisions actuelles de la Fed s'avèreraient être justes, les taux directeurs devraient donc atteindre 2,4% d'ici à fin 2018. Néanmoins, la présidente de la Fed Janet Yellen a reconnu que pour l'heure il était difficile de statuer sur la direction des taux directeurs à plus long terme en raison du contexte économique mondial actuel et de la volatilité des marchés financiers internationaux. Pour l'heure, il est également dur de savoir si les taux seront relevés lors de la prochaine réunion de juillet, comme le confirmait Janet Yellen. Si la croissance est au rendez-vous et que l'emploi progresse, il n'est pas impossible que fin juillet toutes les conditions en la faveur d'une hausse des taux soient réunies.


 

Bonne nouvelle pour les ménages 

En dépit, des chiffres de l'emploi en deçà des prévisions, l'économie américaine demeure plus que solide et le maintien de taux directeurs bas est une bonne nouvelle pour les ménages américains. Ils sont l'assurance de taux hypothécaires très bas car alignés sur la politique de la Fed. Les ménages et investisseurs désireux d'acquérir un bien immobilier par exemple, pourront donc bénéficier de conditions d'achats avantageuses et de crédits à taux très bas. 



Source : www.challenges.fr