Appelez-nous

Le dollar canadien, des taux favorables aux investissements étrangers

Le marché immobilier québécois représente une belle fenêtre d'opportunités pour les investisseurs étrangers. Plus-values et fiscalité avantageuse, c'est aussi le taux de change qui constitue à l'heure actuelle l'un des facteurs favorables à l'investissement.


Le marché immobilier canadien et plus particulièrement celui de la province du Québec représentent une fenêtre d'opportunités pour les investisseurs étrangers. Plus-values, fiscalité avantageuse et rendements locatifs séduisants, c'est aussi le taux de change qui constitue à l'heure actuelle l'un des facteurs favorables à l'investissement immobilier au Canada.


Une chute fulgurante du dollar canadien fin 2015

D'une valeur proche ou équivalente à celle du dollar américain entre 2010 et 2013, le dollar canadien a vu sa valeur s'effondrer à partir de mai 2015 pour enregistrer un seuil record jamais enregistré depuis près de 13 ans. Si la valeur la plus basse du dollar canadien a été en 2002 d'environ 0,62 dollars US, celui-ci est tout de même passé sous la barre des $0,70 en janvier 2016, soit une baisse d'environ 15% par rapport au dollar américain. Cette dépréciation du très communément appelé « huard » au Canada devrait faire le bonheur des futurs investisseurs, qui peuvent voir en cette baisse une chance d'acquérir aux meilleurs prix.




Une remontée du dollar canadien au premier trimestre 2016

Encore très bas en janvier 2016, le dollar canadien reprend depuis peu de la vigueur puisqu'entre février et mars 2016, il a enregistré une hausse de 5,5% pour atteindre son de taux de change le plus haut depuis le mois de novembre. Cette reprise est probablement le résultat, entre autres choses, de la politique monétaire adoptée par la Banque Centrale du Canada qui, depuis juillet 2015, maintient un taux directeur de 0,5% (celui-ci était de 0,75% en janvier 2015).  

 

Un taux toujours très attractif 

Source: www.xe.comAvec aujourd'hui un dollar canadien à 0,67€ ($0,76), le taux de change reste encore très attractif et devrait permettre aux acquéreurs européens de réaliser une économie substantielle sur l'achat d'un bien immobilier. Au regard du dollar canadien dont la valeur évolue doucement et de la constitution du marché immobilier national, il semble rester de beaux jours aux investisseurs pour acquérir au Canada tout en bénéficiant de prix avantageux.
Pour exemple, un bien que vous achèteriez $250,000 aux USA, vous coûterait en euros 219,574€, tandis qu'un bien valant $250,000 CAD ne vous reviendrait qu'à 166,811€. Une vraie économie donc, surtout qu'il est possible de trouver des biens immobiliers à Québec ou à Montréal équivalents à ceux de certaines grandes métropoles des USA mais à des prix beaucoup
plus bas.
 
 
Sources : Huffington Post La Banque du Canada