Appelez-nous

La Fed maintient une nouvelle fois ses taux

La Fed a pour nouvelle fois choisi de ne pas augmenter ses taux directeurs oscillant actuellement entre 0,25% et 0,5%.

 

 

Des taux stationnaires

Après la délibération du Comité de Politique Monétaire (FOMC) qui intervenait mercredi 27 juillet, la Réserve Fédérale des Etats-Unis (Fed) a encore une fois opté pour la prudence et la temporisation. Comme beaucoup s’y attendaient la Fed a de nouveau décidé de maintenir ses taux directeurs entre 0,25% et 0,5%. En dépit d'un ton résolument optimiste de la Fed quant aux chiffres de juin, évoquant une économie américaine plus solide, un marché plus stable moins sujet à de soudaines fluctuations, le FOMC a néanmoins préféré jouer la carte de la sûreté. En cause, la volonté de la Fed de soutenir le marché de l’emploi et d’atteindre en douceur sont objectif de 2% d’inflation. Les chiffres de juin dernier sur le marché US peuvent laisser entrevoir la possibilité d’une hausse des taux durant la prochaine réunion de la Fed, les 20 et 21 septembre prochain si les performances économiques de juillet et août sont au rendez-vous.

Le Brexit effraye moins

Si le Brexit inquiétait, celui-ci n’a pas eu le retentissement que craignaient beaucoup d’analystes américains et pour l’heure, il semblerait que les risques économiques à court terme soient écartés. Les chiffres de juin, biens meilleurs que ceux de mai étonnamment bas, vont d’ailleurs en ce sens. En juin dernier l’emploi s’est redressé avec 287 000 postes créés contre seulement 11 000 en mai 2016. La production industrielle qui avait baissé en mai de 0,3% a repris 0,6% en juin et les mises en chantier augmenté de 4,8%. Dans son communiqué, bien qu’ayant évoqué des risques diminués le FOMC soulignait néanmoins le maintien d’une surveillance soutenue de la situation économique mondiale suite au Brexit.

 

Une hausse des taux à venir ?

Si l’optimisme semble avoir regagné les membres de la Fed, il est toutefois difficile de présager d’une hausse des taux en septembre. Il est possible que le FOMC décide une nouvelle de reporter la remontée des taux après les élections présidentielles de novembre afin d’éviter une double incertitude politico-économique. 

 

Source : www.lemonde.fr