Appelez-nous

L’impact du Brexit sur l’immobilier américain

Le Brexit devrait sur le long terme avoir un impact notable sur l’économie mondiale. Il semblerait que ses premiers effets se fassent déjà sentir, notamment sur l’investissement immobilier aux USA…

 

Chute des taux des crédits hypothécaires

Depuis le vote qui annonçait le retrait de la Grande -Bretagne de l’Union Européenne certaines conséquences se font déjà sentir. S’il inquiète les ressortissants de l’EU, le Brexit permet par ailleurs aux Américains de bénéficier de conditions plus avantageuses pour leur investissement immobilier aux USA. Comme prévu par les analystes, les taux des prêts hypothécaires ont chuté en flèche depuis le Brexit. Les taux actuels sont les plus bas jamaisenregistrés au cours de ces trois dernières années, et les économistes s’attendent à ce que les taux continuent de descendre. Lundi dernier, le taux hypothécaire sur 30 ans était de 3,46%, presque au plus bas depuis la fin 2012. La baisse des taux confère un pouvoir d’achat accru aux acquéreurs. Grâce aux valeurs actuelles des prêts immobiliers, les futurs propriétaires pourraient être en mesure de s'offrir un bien 8% plus cher qu’en début d’année où les taux étaient plus hauts. S’ils continuent dans cette voie, nous devrions donc assister à une augmentation des investissements immobiliers aux USA d’ici la fin de l’année.

Revalorisation du dollar US

La décision prise par la Grande-Bretagne de sortir de l’Union Européenne pourrait engendrer une revalorisation du dollar US, allant également dans le sens d’un renforcement du pouvoir d’achat des Américains. Ce potentiel regain de valeur, offrirait donc une fenêtre d’achat aux étrangers, leur permettant d’acheter aux USA aujourd’hui et d’effectuer une nette plus-value sous un délai très court.

Hausse de l’investissement dans l’immobilier commercial

Certains spécialistes pensent que les grandes firmes mondiales devraient à l’avenir témoigner d'un intérêt croissant pour l’immobilier commercial aux USA, Londres devenant une métropole moins intéressante pour le commerce international avec son nouveau positionnement.

Source: www.theguardian.com