Appelez-nous

L'immobilier du Québec au premier trimestre 2016

Que vous désiriez investir dans une maison à Québec ou encore dans un appartement à Montréal, le vent est en votre faveur. Tour d'horizon du marché immobilier québécois en ce premier trimestre 2016.




Que vous désiriez investir dans une maison à Québec ou encore dans un appartement à Montréal, le vent est en votre faveur. Tour d'horizon du marché immobilier québécois en ce premier trimestre 2016.
 



Le meilleur début d'année depuis 4 ans 

Témoin de l'activité vibrante du marché immobilier du Québec, les ventes d'appartements et de maisons ont sensiblement augmenté en ce premier trimestre 2016. 20 308 transactions ont été recensées par la FCIQ (Fédération des Chambres immobilières du Québec) au cours des trois premiers mois 2016. Il semblerait l'immobilier au Québec séduise de plus en plus puisque c'est une hausse de 8% qu'enregistre ce marché par rapport à la même période en 2015. C'est d'ailleurs la 7ème hausse trimestrielle consécutive que connaît la province et le meilleur début d'année depuis 2012. Mise à part la région de Saguenay, toutes les régions du Québec ont vu leurs ventes augmenter. Les ventes dans l'immobilier tout type de biens confondus (appartement et maison) ont cru de 10% dans la région métropolitaine de Montréal et de 2% dans celle de Québec.


 

Une fenêtre d'achats intéressante

En ce qui concerne le prix de l'immobilier au Québec, celui-ci reste raisonnable, puisque la hausse des prix au premier trimestre 2016 n'était que de 2% par rapport à 2015, le prix médian des unifamiliales s'élevant à 233 000 $CA soit 160 801€.  La région de Montréal a enregistré une hausse des prix de l'immobilier de 2%. A Québec les prix sont quant à eux restés stationnaires avec un prix médian de 246 000$CA soit 169 665 pour une unifamiliale.
En dépit de ventes soutenues, l'immobilier (maison et appartement) à Québec et Montréal demeure encore accessible à beaucoup d'investisseurs d'autant plus grâce au taux de change encore très bas en faveur des acheteurs français.
 

 

Un taux directeur à l'avantage des acheteurs 

Conséquence de la chute du dollar canadien fin 2015, la banque Centrale du Québec a décidé de maintenir son taux directeur à 0,5 (il était de 0,75% en janvier 2015). La faiblesse du taux cible du financement est une bonne nouvelle pour les investisseurs français, car la garantie de taux d'intérêt faibles sur les prêts hypothécaires qu'ils pourront effectuer auprès des banques canadiennes en cas d'achat d'un bien. La combinaison de facteurs que réunit aujourd'hui le Québec, avec un taux de change intéressant, un taux hypothécaire faible, une accessibilité du prix des maisons et appartements dans des grandes villes telles que Montréal et une grand dynamisme immobilier concourent à faire de la province un marché favorable aux acquéreurs français.


Source : www.fciq.ca