Appelez-nous

Investir dans l’immobilier du Canada : ce qu’il faut retenir de l’été 2018

 

 

Investir dans l’immobilier au Canada : au Québec une accession à la propriété facilitée 

Une récente étude menée par le site Point2 Homes News, a dressé le portrait des provinces dans lesquelles il était le plus simple d’investir dans l’immobilier du Canada. Cette enquête basée sur le temps nécessaire pour réunir les fonds nécessaires au versement de l’acompte initial. Elle s’appuie sur deux cas de figure:  la durée en fonction de taux d’épargne moyen réel du Canada (4,4%) ou en fonction du taux d’épargne idéal pour effectuer un investissement immobilier (20%).

Montréal, sixième ville du pays se positionne parmi les grandes métropoles où il est le plus aisé d’investir dans l’immobilier du Canada. Il y faut entre 2 ans (épargne idéale) et 7 ans (taux d’épargne réel) pour être en mesure de verser l’acompte initial, quand il faut respectivement 20 ou 89 ans à Vancouver et 5 ou 21 ans à Toronto, dépendant du scénario. 

La province du Québec constitue quant à elle la meilleure province pour investir dans l’immobilier du Canada selon le classement. Elle regroupe 13 des 40 villes canadiennes les plus avantageuses. Ce sont celles où les jeunes ménages devront économiser durant une période inférieure ou égale à 12 mois avant de pouvoir verser l’acompte de base en vue d’un achat de propriété. 

D’autre part, dans une édition précédente du l’étude, la ville de Québec constituait la première ville ville du classement avec un marché immobilier attractif et le troisième taux de chômage le plus bas du pays.

 

Le taux directeur prend 0,25% en juillet 

investir-immobilier-canada-montrealLa Banque Centrale du Canada a décidé en juillet dernier de relever son taux directeur de 0,5%, lui qui demeurait à 1,25% depuis janvier 2018. La raison invoquée, une anticipation sur la progression de l’économie mondiale envisagée. Des croissances de +3,75% et +3,5% sont en effet attendues pour fin 2018 et 2019. En cause également, la hausse du cours du dollar et la dynamique de l’économie américaine qui repart de plus belle consolidant l’hypothèse du relèvement du taux directeur aux USA. Cette reprise plus robuste que prévue pourrait accentuer les tensions financières de certains pays émergents. En outre la progression du protectionnisme commercial constitue le facteur majeur pesant sur l’horizon international.

Lors de sa dernière réunion le 5 septembre dernier, la Banque du Canada a cette fois-ci décidé de maintenir son taux cible inchangé à 1,5%. Il est cependant probable que le conseil de direction décide lors de son prochain sommet, le 24 octobre prochain, de remonter son taux directeur pour atteindre le taux d’inflation visé.

L’économie canadienne toujours aussi vigoureuse devrait connaître une croissance proche des 2% entre 2018 et 2020 selon la Banque Centrale. Néanmoins le cours du dollar canadien a chuté en dépit des prix du pétrole plus élevés. De leur côté; les dépenses des ménages sont ralenties par des taux d’intérêts en hausse. 

 

Flambée des mises en chantier au Québec

Au registre de la construction, la province du Québec connaît une envolée avec une augmentation de 41% des mises en chantier en juin 2018 par rapport à l’année précédente. La région métropolitaine de Montréal enregistre  +96% de mises en chantier soit près du doublera rapport à l’an dernier. Les jeunes ménages désirant investir dans un programme neuf de l’immobilier du Canada pourront donc choisir entre quelques 2 812 nouvelles habitations.

 

 

Sources : www.fciq.cawww.lesaffaires.com

Articles similaires

En savoir plus