Appelez-nous

Immobilier au Canada : Une propriété sur 10 achetée par un étranger à Vancouver

L’immobilier du Canada séduit un peu, beaucoup, à la folie surtout dans la région de Vancouver où la surenchère étrangère dans le volume d’achat fait rage. 1 bien immobilier sur 10 est actuellement acquis par des étrangers dans cette région du Canada.

 

 

Des ventes qui grimpent, qui grimpent …

La dernière étude du ministère des finances canadien, révèle qu’ente le 10 juin et le 14 juillet, date de l’enquête, un bien immobilier sur 10 aurait été acheté par un acquéreur étranger dans la région de Vancouver. Les transactions effectuées par des investisseurs étrangers durant cette période représentent un montant total de 885 millions de dollars canadiens soient près de 608 millions d’euros. L’étude précédente évoquait déjà des chiffres très hauts mais bien plus bas que ceux récemment enregistrés dans l’immobilier du Canada de la région du Grand Vancouver. Celle-ci révélait que la proportion d’achats immobiliers effectués par des étrangers s’élevait à 5% dans la région de Vancouver, 11% à Vancouver même, et à 7% en Colombie-Britannique.

Une taxe de 15% pour les étrangers achetant à Vancouver

Ces chiffres évoqués avec inquiétude par le premier ministre de Colombie-Britannique vont dans le sens des dernières mesures engagées par le gouvernement de la province. Les autorités de Colombie-Britannique entendent imposer aux acheteurs étrangers une taxe de 15% supplémentaire lors d’un achat immobilier au Canada dans la région de Vancouver.

 Cette mesure devrait s’appliquer à partir de mardi prochain aux étrangers non-résidents canadiens et dans 22 communautés de la région de Vancouver. La province a également affirmé qu’en fonction des résultats de la mesure elle pourrait, au choix, revoir la taxe à la baisse en la portant 10% ou au contraire l’augmenter à 20%.

Une mesure qui inquiète

Si la mesure a pour objectif de calmer la frénésie d’achats dans l’immobilier du Canada à Vancouver, celle-ci inquiète les élus d’autres provinces notamment en Ontario. Les autorités de l'Ontarion craignent que les acheteurs étrangers reportent leur achat sur l’immobilier de Toronto où la demande accrue en biens fait déjà flamber les prix.

 

Source : theglobeandmail.com