Appelez-nous

Dossier spécial relance américaine (2/5): les USA en route vers l'indépendance énergétique

Grâce à l'exploitation du gaz et du pétrole de Schiste, les Etats-Unis sont aujourd'hui en route vers l'indépendance énergétique

 

Deuxième étape de notre dossier spécial sur la relance américaine : la politique énergétique et le boom du gaz de schiste outre Atlantique. En effet, le gaz de Schiste, est presque à lui seul, le symbole de ce retour à la croissance et semble être le nouvel eldorado de nombreux industriels américains mais aussi français. Ce marché, qui n'existait pas il y a dix ans représente aujourd'hui près des deux tiers de la production de gaz américain.
 
Si la reprise est aujourd'hui réelle aux Etats-Unis, c'est donc en partie grâce à ce fameux gaz de Schiste. Depuis plusieurs années, en effet, le pays fait sa révolution énergétique. Des Etats comme le Texas, la Louisiane encore l'Oklahoma connaissent une véritable ruée vers les gaz et pétrole de schiste. Inexistant avant 2007, le gaz de schiste représente désormais plus de 20 % de la production américaine de gaz naturel, elle-même en augmentation de 30 % sur cette période, selon les données de l'Agence américaine d'information sur l'énergie. Les Etats Unis sont, de ce fait et depuis 2010,

devenus le premier producteur mondial, devant la Russie.

Concernant le pétrole de Schiste, les prédictions sont tout aussi bonnes. L'agence internationale de l'énergie prévoit que les Etats-Unis deviennent exportateur net de pétrole à partir de 2030 ! Une performance au combien importante pour le premier consommateur de pétrole.
 
Ces prévisions tendent à remonter le moral de l'administration Obama car l'impact sur l'économie et l'emploi est immense.
 
Premiers bénéficiaires, les pouvoir publics et les caisses de l'Etat. Une étude de l'université de Californie du Sud estime que l'exploitation de ces ressources créerait entre 500 000 et 2,8 millions d'emplois en quinze ans. Elle ferait également rentrer plus de 25 milliards de dollars (19,5 milliards d'euros) dans les caisses des collectivités locales d'ici à 2020.
 
Deuxièmes bénéficiaires de cette politique énergétique : les industriels américains. "Cela permet aux entreprises américaines, notamment dans la chimie et le plastique, de bénéficier d'un avantage compétitif", explique Chad Moutray, économiste en chef de l'Association nationale des industriels. Situation équivalente concernant l'électricité. La facture des industriels américains est deux fois plus faible qu'en France et qu'au Royaume-Uni et trois fois moins importante qu'au Japon.
 
Cependant, d'autres secteurs bénéficieront de la baisse du prix de l'énergie. L'Association Nationale des Industriels estime qu'un millions d'emploi seront créés d'ici à 2025 grâce au faible prix du gaz. D'autres espèrent aussi que la baisse des coûts de l'énergie incitera des entreprises américaines à rapatrier leurs unités de production. Apple, General Electric ou encore Boeing ont récemment annoncé de telles intentions.
 
Enfin, les entreprises étrangères participent également à cet eldorado. Vallourec, par exemple, a doublé son activité américaine ces cinq dernières années et devrait à nouveau la multiplier par deuxd'ici 2015. Spécialiste du tube sans soudure, élément indispensable à l'exploitation du gaz de schiste, ce secteur représente aujourd'hui 85% des activités de Vallourec aux Etats-Unis.
 
Pourtant, l'engouement n'est pas général. Des mouvements de contestations et de protestations prétextent un désastre écologique pour stopper le développement exponentiel de ce nouveau secteur. En Europe, plusieurs experts parient sur un déclin prévu pour 2020 et nombre d'entre eux ne voit qu'une bulle destinée à éclater tôt ou tard. En France, les avis sont mitigés et il est peu probable, si l'exploitation est autorisée un jour, qu'on assiste à une révolution énergétique comme aux Etats-Unis.
 
 
Sources: challenges.fr , lemonde.fr , boursier.com