Appelez-nous

De la difficulté d'obtenir un crédit aux Etats-Unis

La mésaventure de Ben Bernanke pour renégocier son emprunt immobilier symbolise à elle seule, la difficulté de l'accès au crédit pour les foyers américains.

De la difficulté d'obtenir un crédit aux Etats-Unis

 

 

La mésaventure de Ben Bernanke pour renégocier son emprunt immobilier symbolise à elle seule, la difficulté de l'accès au crédit pour les foyers américains.

L'information aura fait le tour du monde en quelques heures. Lors d'une conférence à Chicago, Ben Bernanke, l'ancien président de la Réserve Fédérale américaine a confié avoir vu sa demande pour renégocier son emprunt rejetée. L'anecdote fait sourire tant le profil et les rémunérations aussi bien passées que présentes de Ben Bernanke devraient lui éviter ce type de mésaventure. En effet, sa rémunération avoisinait 200 000 dollars en tant que président de la Fed et ses conférences sont aujourd'hui facturées en moyenne 250 000 dollars.

Ce désagrément amène de nombreuses interrogations sur l'accès au crédit aux Etats-Unis. Deux éléments de réponse peuvent être avancés.

Comme Ben Bernanke ou des millions de foyers américains, un changement d'activité ou de situation personnelle / professionnelle peuvent avoir un impact bloquant sur un dossier de crédit. En troquant ses revenus fixes pour des rémunérations exclusivement variables, Ben Bernanke n'a plus un profil aussi sécurisant pour un organisme de crédit, malgré des revenus et un patrimoine confortables.

Toutefois, cette explication n'est pas propre aux Etats-Unis. Ce type de situation existe également en France. En revanche, ce qui différencie la France des Etats-Unis est que ce fameux « robinet du crédit » est encore extrêmement fermé malgré des taux d'intérêt très bas. Depuis la crise des subprimes, les banques imposent des conditions drastiques pour obtenir un prêt. Les régulateurs  ont également renforcé la réglementation autour des prêts, demandant plus de garanties (et bien souvent plus de documents) Quand bien même ces prêts demeurent des prêts hypothécaires. Nous reviendrons d'ailleurs sur le système d'historique de crédit dans un prochain article mais il faut aujourd'hui un crédit score minimum d'environ 700 sur 850 pour obtenir un prêt dans de bonnes conditions. Et ces 700 sont loin d'être facilement atteignables même pour des profils sociaux économiques aisés.

Cette dernière explication synthétise à elle seule la situation du marché immobilier aux Etats-Unis. Des taux d'intérêt bas, un marché qui après avoir atteint son plus bas en 2012, reprend des couleurs… MAIS… des conditions de crédit qui ne permettent pas encore à la très grande majorité des ménages d'emprunter ou d'emprunter dans de bonnes conditions.

Pour un étranger souhaitant investir dans l'immobilier aux Etats-Unis, la conclusion à tirer est double.

1/ Ce cycle haussier n'en est qu'à ses débuts car ce sera l'accès plus généralisé au crédit qui fera remonter durablement les prix.
2/ La décote sur un investissement locatif aux Etats-Unis est encore bien réelle car c'est lorsque la proportion de transactions sera majoritairement à crédit et non cash comme aujourd'hui, que l'impact à la hausse sur les prix sera tangible.

En résumé, acheter un bien immobilier aux Etats-Unis aujourd'hui est une bonne stratégie en vue du retour sur le marché des foyers qui aujourd'hui sont locataires, mais propriétaires demain, une fois l'accès au crédit facilité.

Sources : Les Echos, Le Monde, The Wall Street Journal