Appelez-nous

Altitude International Realty dans Que Choisir - Argent

Victor Pagès, fondateur et dirigeant du cabinet Altitude International Realty, dans le magazine Que Choisir Argent

 

Que Choisir Argent : Quel est le profil des personnes  qui s’adressent à vous pour acheter un bien immobilier  à l’étranger ?  
Victor PAGÈS : Les personnes qui nous contactent sont en quête d’une diversification de leur patrimoine, séduites par les rendements et la mécanique fiscale que l’on peut trouver en dehors de nos frontières. Elles savent rarement ce qu’elles veulent ; nous les aidons à définir leurs objectifs en fonction de leur budget, l’investissement n’étant pas le même selon que l’on recherche du rendement ou une plus-value. Si certains viennent nous voir en étant axés sur l’achat d’une résidence secondaire – réalisant ensuite que le bien va être difficile à rentabiliser grâce à la location – la demande porte davantage sur l’achat pour louer. Nous déconseillons aux primo-accédants d'investir plus de 40 % de leur patrimoine à l’étranger, les solutions proposées restant de la diversification.


QCA : De manière générale, quelles sont les précautions  à prendre avant d'acheter ?  
V. P.: Nous observons que plus la destination est exotique, plus l’approche de l’acquéreur peut l’être également. 
Certains perdent même étrangement la capacité d’analyse qu’ils ont pour acheter au coin de leur rue. J’ai en tête deux anecdotes. La première concerne un particulier ayant expédié au promoteur la totalité de la somme demandée pour un projet au Dakota qui n’est jamais sorti de terre : personne en France n’enverrait les fonds directement au vendeur ! La seconde vise un internaute qui avait acheté sur ebay trois maisons en grande banlieue d’une petite ville de Floride, toutes en très mauvais état et qui n’arrivait pas à trouver de locataires. Avant de se lancer, il faut également bien se renseigner sur la fiscalité du pays et réfléchir à la façon dont on va structurer juridiquement cet investissement. De même, il faut se méfier des produits trop bon marché ou encore de taux de rentabilité extraordinaires car l’arnaque est bien souvent proche.


QCA : Quel impact le résultat des élections américaines pourrait-il avoir, selon vous, sur les investissements immobiliers aux États-Unis ?
V. P.: Il n'y a pas de crainte à avoir a priori.
Le programme de Donald Trump, dont aucune mesure ne concerne directement l'immobilier, pourrait même rendre encore plus compétitive la fiscalité américaine. On ne prendrait donc pas plus de risque en investissant que sous Obama.

 

Retrouvez l'intégralité de l'intervention de Victor Pagès dans le dernier numéro de Que Choisir Argent